Je sais pas pourquoi, mais ce matin, tout le monde partait doucement en cacahouète. A commencer par moi, merci en cela au gars qui a tapé comme un forcené contre mon mur dès 8 heures ce matin. Bon dès hier soir, je savais que ce matin serai difficile car une fois rentrée chez moi après une longue et douloureuse journée de travail, j'ai eu comme un mini choc visuel : yeah , qu'est ce que c'est que ces échafaudages devant chez moi ? Ils étaient pas là ce matin ! Putain, la fenêtre de ma chambre est ouverte !! Chiotte ils ont du en profiter en rentrer chez moi ces sales plombiers polonais ! J'en suis sure, ils ont du faire un viol collectif sur mon pauvre bébé chat ! pauvre bête ! Ha ba non, beaucoup de bruit pour rien, ma fenêtre était fermée en fait. Mais quand même qu'est ce que c'est que ce ravalement de façade décidé en loucedé, comme ça pendant les weekend prolongés des gens....

Bon pas grave, on est vendredi, ce weekend je vais à Rennes (rien n'est prêt, mais c'est pas comme si ça changeait de d'habitude...), cool, tranquille, Lexomil. Allumons la radio. Mais keski se passe ? tout les journalistes bafouillent ce matin : Nicolas Sarkozyzy (hou, il a dit zizi !) et François Bayourou, hum, la journée commence bien. Ensuite direction le travail. En chemin, je croise un brave homme perdu sur la route.
Alors en fait ça se passe comme ça. Le brave homme commence à traverser la route d'un pas hésitant. Au loin arrive une moto. Le conducteur de l'engin se déporte afin de passer derrière le brave homme. Sauf qu'en chemin, le brave homme s'arrête et fait demi tour. Alerte, le motard, se re-déporte pour passer derrière le nouveau derrière du brave homme [qui il y à peine 2 secondes étant son devant, puisqu'il s'est retourné. ça va tout le monde suit ?]. Et pi d'un coup, le cerveau du brave homme redeviens fonctionnel, il capte qu'il est au milieu de la route et qu'une moto s'approche. Pris de panique il fait un demi tour sur lui même (ça doit être un centriste à pas savoir ce qu'il veut comme ça...) se retrouvant nez à nez avec le profil du motard lui passant devant [qui il y a peu était son derrière] à vive allure. Ouf l'accident a été évité de peu. Par contre, le brave homme était tout chamboulé. D'ailleurs il a fait demi-tour de nouveau (une vraie girouette ce type) et est reparti dans l'autre sens, direction mon travail. Avec le bol que j'ai je suis sure que c'est un nouveau que je vais devoir former d'ici une semaine....

Je continue mon chemin, et je suis quasiment arrivée devant ma boiboite quand j'entends un grand poueeeet ! Je me retourne et vois une twingo toute seule au milieu de la route en train de klaxonner. Je regarde du mieux que je peux avec mes yeux déficients : nan, je connais pas le conducteur. Je regarde autour de moi, personne n'a l'air de connaitre le conducteur de cette twingo qui klaxonne tout seul au milieu de la route.... Vraiment bizarre cette matinée....

Arrivée à mon bureau, mon oeil tressaute : mon dieu, Jeanne Mass version Canadienne est assise juste à coté de ma place ! Mais c'est vrai ça, pourquoi est ce que je m'emmerde et me ruine à m'acheter des chemises rose et pastelles chez Le Comptoir des Cotoniers alors que chez Army Supply, se trouvent ces splendides chemises de bûcheron rouges et noires qui vont à ravir à la butcherone qui nous sert de padawan pour la journée ? Holala, mais qu'est ce que c'est que cette tenue mademoiselle ? Heu c'est bien mademoiselle, non ? car à y regarder de plus prêt, ce fin duvet sous ton nez c'est de la moustache ou un reste de trop gros calins fait à tes chats avant de partir bosser ce matin ? En parlant de venir bosser ce matin, le trajet Ontario - Nanterre, ça va c'est pas trop long ? Ca doit être au niveau des correspondances que c'est galère, non ?
Bien qu'apeurée à la vue de cette fille, je reste polie et je lui dit bonjour. Elle réponds à mon bonjour par une rougeur de ses joues et des yeux qui papillotent (les siens d'yeux  hein, sinon c'est crade). Oula, pas bon ça.... Ensuite je m'assoie, je commence à faire semblant de travailler quand je sens un regard insistant sur ma petite personne : C'est la butcherone qui me lance des sourires édentés (nan, j'déconne, elle a toutes ses dents, c'étaient juste pour noircir le tableau, car c'est dans ma nature, je suis vilaine) pendant que ses yeux me disent des trucs dégueulasses. Alors que les choses soient claires : non, nouvelle padawan, c'est pas parce que j'ai les cheveux courts et que ce matin, je suis arrivée en disant salut les nazes ! au lieu de bonjour tout le monde ! que tu dois en déduire que je suis gay et qu'entre toi et moi ça peu marcher. Car certes, je suis effectivement toujours de bonne humeur, mais heu comment te dire sans être plus malpolie que ce qui a déjà été fait : t'es pas mon genre. Par contre aux vues de plusieurs expériences passées, il semble officiel que grrrumly soit totalement le genre des filles qui mettent des chemises de bûcherons, des baggies kaki et qui affirment leur féminité en portant fièrement leurs cheveux attachés en queue de cheval grasse.
C'est très con tout ça, parce que c'est pas trop mon genre ces filles... Mon genre c'est plus les filles en petits top et pantalons corsaires qui affichent leur féminité en relevant leurs cheveux en chignons. [rhaaa lovely les chignons !]. Bon le soucis, c'est que ce type de filles, leur genre à elle, c'est .... jamais moi... Va peut être falloir que je me mette à l'abbatage des arbres au milieu des caribous si je veux pas finir vielle fille....

Va aussi falloir que j'arrête d'être médisante comme ça, car peut être qu'ainsi, le bon dieu qui n'existe pas arrêtera de me punir en me collant en binôme des filles pas belles, les remplaçant par des sosies de Carrie-Ann Moss.


-- Je suis le trop de carreaux tue le carreau de Jack --