Ce soir, comme tout les weekend de ce mois d'Avril, je fais comme dans l'infanterie, je me casse ailleurs (blague spéciale fan de retour vers le futur en vf, c'est à dire les vieux...). Je sais pas trop pourquoi j'ai eu une telle bougeotte ce mois ci, ça doit être à cause de mes 30 piges qui arrivent, comme si il fallait que je profite de ma jeunesse et que je sorte tout les weekend et même les soirs de semaines. Putain, vivement mes trente ans que je me repose enfin, parce que je suis naze moi.

Et ce weekend, c'est direction la Breizh, enfin si on peut appeler ça la Breizh, puisqu'en fait je vais juste à Rennes, et là bas, vu qu'il n'y a ni embruns, ni chemin des douaniers, ni même la mer, je vois pas trop en quoi ça mérite le nom de Breizh. Mais bon, comme à Rennes on trouve : ambiance de fiesta, gens sympa et majorité de militant socialistes, on va quand même dire que c'est la Breizh. [de toute façon, c'est pas moi qui décide, mais le mec qui s'occupe du découpage régional français.]. Comme d'hab mon départ est un peu à l'arrache, avec vaisselle en 4.20  [y a t il quelqu'un d'autre que moi qui utilise l'expression en quatre - vingt pour dire vite fait ? Je commence à me demander si je l'ai pas inventée cette phrase vu à quel point elle est peu usitée... Et si en rab, ce même quelqu'un, ou un autre, pouvais m'expliquer d'où vient cette expression, je lui montre mon cul serai bien contente.], ménage en surface pour pas que maman crie quand elle viendra nourrir le chat demain et sac de voyage de plus en plus compliqué à préparer au fur et à mesure que ma pile de linge sale augmente. Actuellement, elle est plus haute que passe-partout, je suis hyper fière, j'espère atteindre la côte juste après le niveau nain, la sarkozy, (niveau nabot pour ceux que cette échelle de Grrrumchteire intéresse), à mon retour de weekend avec la machine de draps que j'ai à faire tourner.

Comme j'ai de l'entrainement avec mes weekends précédent, je gère de mieux en mieux. Sauf qu'au moment de prendre mon manteau, c'est le drame. Putain de poil de cul coincé dans l'élastique du slip où donc ais-je bien pu mettre ce diable de petit blouson quechua si léger au porter et si chaud en même temps ?

Revue de penderie : voyage à travers vareuse, polaire, petite veste en jean, sweat zippés, vestes mao et autres manteaux Le Goazik (et après on vient me dire que je suis pas une fille, t'as vu toute les conneries qu'il y a dans mon placard ?). Aucune trace de ce blouson. Visite de la pile de linge à repasser : nada. Visite du linge sale (on sait jamais, j'en suis capable en plus...) : que dalle. Visite de tout les dossiers de chaise dont je dispose : que t'chi. Visite de sous le lit : pas de monstre (ça c'est cool), mais pas de blouson non plus. Mais bordel il est ou ce con de blouson ????

Ben je sais pas... Soit je l'ai oublié chez quelqu'un, dans ce cas là, quelqu'un rends le moi s'to plait. Soit je l'ai oublié au taf il y a 2 ou 3 semaines sans m'en rendre compte et c'est mort car dès que j'oublie un pull ou un gilet à mon poste, le lendemain il a disparut. [Doit y avoir une femme de ménage qui kiffe mon style, car il y a qu'à moi que ça arrive dans le bureau...]. Soit il est dans ma voiture, mais c'est trop loin à aller regarder (c'est quoi le mot ? procratineuse ?).

Si il s'avère qu'il n'est ni chez quelqu'un, ni dans ma voiture, on pourra dire que ce bouson aura rejoint la liste de mes objets perdus ou figurent entres autres ma place de Texas, Aurélie Mimi, mon innocence et ma virginité. Vraiment faut que je fasse attention à mes affaires...


-- Je suis la loose matérielle de Jack --